RENOVATION

L’école, construite en 2003 par le projet AILTEB, fonctionne jusqu’en 2011. Dès lors que les activités cessent par manque de moyens financiers, les bâtiments ne sont plus utilisés et entretenus. Le premier objectif du partenariat entre l’AASV et Vesadel consiste à rénover l'école afin de pouvoir à nouveau accueillir des élèves dans un lieu adapté, fonctionnel et sécurisé.

Des devis pour la rénovation de l’école sont demandés à des entrepreneurs locaux et acceptés par le comité de Vesadel qui établit un budget soumis à l’AASV. Tout est budgétisé afin que les sommes d’argent devant être récoltées soient au plus proche de la réalité. Après avoir obtenu les accords des comités, le budget est fixé et le coût total de la marchandise nécessaire ainsi que de la main d’oeuvre s’élève à un montant de CHF 8’080.-.

La première recherche de fond commence pour l’AASV. En février 2013, l’association participe et remporte le concours Step into Action organisé par l’Association Euforia dont le but est de soutenir des projets à caractères sociaux ou humanitaires menés par de jeunes genevois. La première place du concours permet d’engranger la somme de CHF 5’000.-.

La rénovation de l’école, entreprise en avril 2013 et menée à bien grâce aux ouvriers et au chef de chantier, David Bossa, aboutit en juin de la même année et l'école est inaugurée officiellement à cette occasion.

FONCTIONNEMENT ET CANTINE

Suite à la rénovation des bâtiments, les critères d’admission sont redéfinis et réadaptés à la nouvelle configuration de l’école. Pour être admis au sein de l'école, les enfants doivent être âgés de 9 à 14 ans et répondre à l'un des critères ci-dessous :

- L’enfant est déscolarisé depuis un an ou plus

- L’enfant est orphelin de père et/ou de mère

- L’enfant vit dans une famille dont les revenus financiers sont extrêmement précaires

- L’enfant est victime du trafic

- L’enfant est considéré à risque pour le trafic

La capacité d'accueil maximale de l'école est de soixante enfants, répartis en deux classes en fonction de leur niveau scolaire. Les élèves suivent les cours de l'école durant quatre ans et sont ensuite présentés au concours du CEP, qui correspond à la fin du cursus primaire.

L'AASV suit l'évolution des élèves grâce au travail de l'animateur, Antoine Bankolé, responsable de la coordination élèves-parents. A la fin de chaque trimestre, un carnet de suivi est rempli par les professeurs et l'animateur, afin de permettre une évaluation personnalisée de chaque élève et de répondre au mieux aux besoins individuels des enfants.

Les deux premières années de fonctionnement de l'école permettent à Vesadel et à l'AASV de réaliser que beaucoup d'enfants, qui habitent trop loin de l'école pour pouvoir rentrer chez eux, ne mangent pas à leur faim pendant la journée. Il est donc décidé de construire une cantine en annexe au bâtiment principal, grâce aux fonds récoltés par l'AASV, en partenariat avec l'association genevoise Foxymore qui organise un festival de musique en août 2014. La cantine voit le jour en juillet 2015 et deux cuisinières sont engagées par l'AASV; elles préparent deux repas quotidiens aux enfants (un petit-déjeuner et un déjeuner).

Les achats et la gestion des stocks des denrées alimentaires sont confiés à Antoine Bankolé, également chargé de la tenue des comptes de la cantine et en particulier de la contribution financière demandée aux parents. Ceux-ci contribuent à hauteur de 500 CFA (1 CHF) par mois et par enfant aux frais de préparation des repas. Vesadel et l'AASV fixent le montant du budget mensuel par enfant à 120'000 CFA par mois (240 CHF). La contribution des parents, bien que par conséquent symbolique, permet à l'école de ne plus être entièrement gratuite, ce qui constituait auparavant un risque pour la viabilité du projet à terme et permet aussi de responsabiliser les parents.

Le directeur exécutif de Vesadel, Bertin Odjo, soumet de façon trimestrielle une demande de fonds établie sur la base des budgets annuels à Joana Castro, trésorière de l'AASV. La demande est étudiée et vérifiée par l'AASV, qui fait ensuite parvenir les fonds sur le compte bancaire de Vesadel.

Après réception des fonds, Bertin Odjo fait parvenir à l'AASV un extrait de compte sur lequel figure le retrait des fonds par Vesadel, afin d'assurer une transparence maximale quant à la bonne utilisation du crédit. Chaque dépense doit être justifiée auprès de l'AASV par une fiche de salaire ou par une facture.

Sont financés par ce biais les salaires des professeurs, de l'animateur, des cuisinières, le matériel scolaire ainsi que les achats relatifs à la cantine.